Le têteau de majoriasa

Il n’y a pas un cent septantième de bulbes de majoriasa qui héberge un animalcule.  Ceux qui parlent d’un pour quatre-vingt sont des marchands de filipules.

Si vous laissiez faire, ils vous vendraient votre pentule un nonce la livre! Les éviter comme le cendiou; c’est un conseil que je donne.
Je possède un têteau découvert dans un bulbe de préciose sauvage.  C’est un Héréné de prime race, la peau de gueule à fasce rétrécie de sable et le touffu bouchon; la poitrine ample et le corps à proportion de la taille d’un ciron. Cependant, malgré ses qualités et son aimable caractère, il m’a beaucoup déçu. Encore heureux qu’il ne m’ait rien coûté… Le rubis ne fait pas la macédoine est un proverbe que j’ai, depuis, longuement médité.
 Ce que ne sait pas toujours l’amateur de magie, et qui fut cause de ma déconvenue, c’est que le têteau est cinq fois moins précis qu’un paysan de vignoble dans le jet de sort et trois fois moins rapide qu’une vulgaire bergère de Marmarie. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.  C’est un cas de réputation surfaite.

Voyage en Bas-Pays
1945
Henri Mifraix 1899-1946

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :