Escargots à la lambine

 Bouvard et Pécuchet dans le Finistère.

Nos  deux héros à la retraite s’obstinent à rater ce que tout un chacun réussit.

Comme il faisait un temps de grenouille, on distinguait confusément, au beau milieu du boulingrin herbu et détrempé, une centaine de robustes tuteurs qui attendaient leur pied de tomate.
En contrebas, le labyrinthe de buis et d’ifs ensauvagés dégouttait de pluie. Le jardin à la française prenait des libertés.
De temps à autre Bouvard s’approchait du baromètre à cadran, le tapotait sèchement, et soupirait :
« Ce n’est pas pour dire, mais nous avons du caractère. » Et invariablement Pécuchet approuvait : «  Ah, ça ! fameuse dépression… »

Depuis près de vingt jour ce petit coin de République patouillait dans la fange. Les deux amis pantouflaient au coin d’un maigre feu de tourbe en fumant force brûle-gueule.
L’ennui les guettait. Il fallait réagir.
« — Et si nous partions aux lumas ?  »
Comment n’y avaient-ils pas pensé plus tôt. Cependant ils ignoraient tout de la vie et des mœurs de l’escargot.
ls lurent le bestiaire fabuleux de Clébert. Ce fut un voyage extraordinaire.
« — De toute ancienneté, l’homme s’est entiché de ces animaux à l’humeur vagabonde. dit Bouvard d’un ton de maître d’école, déjà nos préhistoriques les enfilaient comme des perles. Et que faisaient-ils de ces colifichets pieusement manufacturés ? »
Pécuchet fronça le sourcil, se gratta le menton, et avoua son ignorance :  « Je donne ma langue au chat. »
«— Et bien, ils en paraient le cou de leurs défunts.»
«— Délicate attention. »
«— L’attention n’est pour rien dans cet artisanat,» reprit Bouvard, «la bête morte de froid dans son cercueil durant l’hiver, pointe le bout de son nez dès le retour des hirondelles : elle ressuscite en quelque sorte.»
«— Comme Lazare»,dit faiblement Pécuchet d’une voix cassée par l’émotion.
«— Exactement ! Notons au passage que le gastéropode, à l’origine du collier, éclaircit singulièrement le soi-disant mystère de la Résurrection.»
«— Décidément, l’homme n’est qu’un plagiaire !» conclut Bouvard. »

Puis il expliqua en long, en large, et en travers le fonctionnement de l’escargot considéré sous l’angle d’une lampe à huile .Voyant Pécuchet s’assoupir, il lut à haute voix le passage mentionnant l’existence de la coquille sinistrogyre. Pécuchet fut aux anges : «Te rends-tu compte? On n’en trouve qu’une de cette sorte sur près de vingt mille qui tournent dans le bon sens ! C’est bien plus rare qu’un fer à cheval.» Il collectionnait divers porte-bonheur, à l’exception du trèfle à quatre feuilles qui lui semblait un caprice monstrueux de la nature.
Bouvard haussa les épaules:  il ne croyait ni en Dieu ni en diable. Cependant, intrigué  par l’enroulement obstiné de la coquille, il voulut apprendre les lois qui le régissent. Il disparut dans la bibliothèque  consulter un traité de géométrie. Mais il lui manquait les notions élémentaires à qui veut saisir les subtilités de la spirale d’Archimède. Quand il revînt au salon, il avait résolument opté pour l’empirisme. Après quelques arcs de cercle rudimentaires, crayonnés à main levée, il lui prit de dessiner, à la plume, une multitude d’escargots. Ses bestiaux caracolaient dans un décor émaillé de marguerites et de taches d’encre.
« Ne dirait-on pas de vigoureux bourdons ? »commentait-il à chaque pâté.

Pécuchet, qui tenait à débrouiller les arcanes du colimaçon, se plongea  dans un dictionnaire de symboles.
Il visita l’escalier et le labyrinthe ; rencontra le dragon et les cornes ; croisa en chemin la roue, le caducée, Mercure, et découvrit la lune. De la lune, il gagna le soleil
ce fut un éblouissement  — et dépouilla consciencieusement le lièvre, l’œil, la chouette et, de fil en aiguille, Caïn, Adam, la Grande Mère et la Fille du Roi .
Parvenu chez le Roi, il fut pris d’un doute :  «Cette fois-ci, je crois m’être tout bonnement égaré. »
« — Crois-tu ?  » Bouvard graticulait laborieusement une gravure représentant l’édification périlleuse d’une ziggourat néo-assyrienne. Il semblait satisfait de lui, mais un peu las.
Les sonneries dévotes de l’angélus du soir résonnèrent dans le lointain. Ils regagnèrent le plancher des vaches.
« — Demain, nous partons aux lumas ! »
« —  Dès l’aube ! Sans faute !»

Publicités
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :