Jeunesse !

Alors qu’en ce 2 août 1346 les Flamands, sous le commandement de Henri de Flandres, commencent les hostilités contre les Français, Brunehildegarde va attaquer sa buée.


La mesnie étant au pourpris pour une courte sieste sous la ramée, Brunehildegarde ouvrit son faudesteuil et s’assit pour souffler un peu.
Sur le sol de terre battue, fraichement jonché, s’entassaient braies, broignes, chainses, pourpoints, surcots, robes et cotes, chausses, escoffles et un méchant mantel de bourras fort élimé.
– Sacrée bué ! fit la maîtresse de céans.
– Et n’allez pas nous mélanger la brunette et le bureau comme bidaus et guicliers sur champ de bastaille, grinça le vieux Tourchetil d’Ertemberg cloué depuis deux jours sur son grabat suite à une mauvaise chute de roussin.
Brunehildegarde haussa les épaules.
– Ne gabez donc pas! Je vous trouve fort guépin ce jour à vouloir me férir de vos dondaines et à chercher attine et brouillis depuis prime comme marmouset puces en tonsure !
– C’était une jungle, fit le vieux rabroué.
– Gaudissez, gaudissez ! Gaudira bien qui gaudira le dernier !
Irée par le ribaudaille qui l’encagaguait depuis le chant du coq, Brunehildegarde vida cul sec un hanap de chuchenn allongé de marc puis, d’un bond, se leva pour s’atteler à l’ouvrage.

Qu’elle ne fut pas sa surprise en encommençant le tri de trouver sous le tas un jupon de mailles fort souillé. Par chance elle avait oublié de laisser trempouiller le tas depuis laudes comme à l’accoutumée.
 » Parce que pour ravoir la rouille de fer sur le linge, par le saint sang brégoy, c’est pas de la tourte ! » s’exclama la ménagère in petto. Et, sur ces paroles pleines de bon sens, qui témoignait d’une longure pratique lavandeuse, elle vida une cruchée de cervoise coupée de vin clairet.
« Mais au fait, se fit-elle la reflexion à haute voix, à qui peut bien appartenir ce jupon si ce n’est au jeune Torftoul de Roissey-le-Châtel en convalescence chez notre seigneur, son oncle ? »
Elle se souvînt alors que la veille au soir, sur le coup de complies, Tortfoul était passé rendre visite à Bruneguillemette, sa onzième fille, mais lorsqu’elle s’en était aller coucher à matines passées d’un Pater, elle n’avait point remembrance avoir vu le tourtereau et la tourterelle redescendre du grenier.
Dans son fiantoir Torchetil d’Entember qui grignotait une pomme de court pendu, couina comme une ratepenade qui gobe la mouche:
– Cor Bieu, il sait tenir le brelant le Toftoul !

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :