A bon chat, bon rat !

Alors que la guerre de Cent ans bat son plein, dans le toril de Brunehildegarde  il y a eu du rififi.

Brunehildegarde apinchait ses planches potagères et soupières.- Ah, misère de caquesangue ! cria-t-elle. Ah, caquesangue de misère ! cria-t-elle. Ah ! Puis, cessant de piouter, se tut.
Charmant, le miron moigneux qui, coufle comme chanoine, se dorait darnier et pelotons aux caresses de Phébus, se leva aux cris et s’en vînt aux petons de sa maîtresse fort triboulée.


– Eh bien, fenotte, il y a embarras ? fit-il sans façon.
– Ah, misère de caquesangue ! se reprit à crier Brunehildegarde, les lumas ont engoués mes petiotes laitues et toi, gouliafre qui roupille, gavache qui jocquait pendant le sabbat des gluants tu viens, pelisse enfarinée, me demander si il y a embarras ?
– Mais, fit Charmant ébaffé par l’ire, je ne m’embesogne point de ces fifres mols et baveux ma mie : jamais  ce ne fut pas dans le menu que Dieu me dessina !
– Tu oses bagouler, marpaut pelu ! cracha l’outrée. Et paf, lui mande un babequin ; et paf un tatin sur la nuque ; et paf une soubarde sur le menton ; et paf, paf, deux lamuses terrifiques sur la goule pour montrer c’est qui qui commande au toril.
Toutes choses qui firent tintin dans le crâne du vilain et le mirent à deux pouces de défunter par décolage. Tintin et miracule aussi car, au dernier carillon, Charmant, qui était un prince maléficié, tout flape à terre, fut rendu d’une boute à son état de jouvent crapaud d’avant métaporphose qui le fit conil miaulinant amateur de souris grises et gras rats. Or, on sait que  le crapaud, viande  creuse à boutons, est  fort peu prisé du peuple des lumas qu’il adore et dévore .
– Oh ! fit la cogneuse qui, à la vue de la bête,  commença à se marcourer le ménillon à cause du prodige.
– Oh, oh ! fit une gigle cornante à la vue du plat en soufflé. Mussée dans le retrait , au fond du courtil à gauche, elle se pourléchait ja babines et denture en pensant au fiestin.

 

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :