La sornette d’alarme

le mort saisi le vif

Quand vous étiez couché, râlant, sonnant la bonne,
Louis Quatorze et Napoléon à vos côtés,
– L’un ayant de chagrin sa perruque haute ôtée,
Et l’autre son bicorne – sonnaient aussi la bonne.

Ils oyaient la plainte de l’oiseau Rossignol
Qui criait à l’Olympe, à Lourdes, à  l’Élysée :
 » Monsieur est mal en pis ! Monsieur va défuncter !  »
Je confiais au Passeur, qui les humains rançonne,

Que si Monsieur fut mort, — Ha ! non ! n’en doutait pas ! —
Le Roi Soleil, Napo, et peut être Obama,
Eussent vu du Français, orphelin, en liesse.

Ankou, vexé, força  grandement sa fierté :
—Miracle ! —  en un clin d’œil, lui rendant la santé,
Elle le ressuscita  d’un coup de pied aux fesses.

A. de Coctel
Les sonnets de la Toile cirée & du Fer à vapeur

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :