La garde-robe alimentaire

 » En tant que trésor national, vous avez décidé de gâter-pourrir la femelle du Français assisté qui a du mal à joindre les deux bouts depuis qu’elle les a mis « chez ma tante »- l’inconsciente frivole!
– C’est exact, j’ai la bonté de gauche tellement chevillée au corps que si on voulait me l’arracher je crois que je pousserais des  cris  d’œuf frais.  Mais il ne faut jurer de rien, si ça se trouve je chanterais. Comme dit mon époux : « Ne promettons point outre mesure. »
– Bien, bien, bien…je note… Alors,  très chère, dîtes-nous, quel est ce nouveau projet d’artiste qui après, vos sacs fashion du faubourg Saint-Honoré à l’usage des nantis, va émouvoir le secteur en plein développement de la Charity haute-couture ?
– Voilà. On sait que la pauvresse et son mâle ont rarement la chance d’être invités à un bal chez le Charming Prince ou à  un défilé de Carnaval à l’Elysée.
– Ma foi, c’est vrai ! c’est fichtrement vrai !
– Pourquoi cela, je vous prie, monsieur l’interviouvateur ?
– Parce qu’ils ne savent pas danser, qu’ils sentent des pieds, des aisselles, du fondement et de la bouche, qu’ils bavent à table, qu’ils ne connaissent pas de fées, qu’ils n’ont pas leurs entrées au Caniche’s club…
– Tut tut tut… tout ça est vrai, certes, mais s’ils sont boudés lors de nos sauteries charitables c’est essentiellement parce que la femelle n’a rien à se mettre de décent  sur le dos.
– C’est pas faux…
– Et tout ça parce que les économies de nos accouplés passent en pizzas bourratives, en gras hamburgers  ou pire  en crêpes complètes – sans parler du couscous, voire même du loto !  Et tout ceci au détriment des dépenses pour de belles sorties culturelles dans le beau monde, chez vous, chez moi, chez nous.
– Ma foi, ma foi jurée, c’est bien vrai !
– Alors moi qui suis une artiste, j’ai décidé de joindre le culinaire infecte au culturel haute-couture, j’ai mis la main à la pâte et mes doigts dans la crise,  et j’ai inventé la robe de soirée à consommer après usage.
– C’est épatant comme concept.
– C’est exact, j’ai le concept épatant. Mais là je me suis surpassée.  Alors, voilà, j’ai concocté une robe fourreau à base de coulis de tomates, de sang de porc et de colle glunacyanotylate pour tenir au corps.  Il suffit d’ouvrir la boîte de conserve, de se verser le coulis dessus, et voilà mon  » boudin béké » taille unique pour les fauchées, même  très grosses ! En vente chez   Piqués-Fauchons, 599€ le kilo – piments en sus. C’est donné. Et mon dernier cd est offert… Je vous montre… Plouf !
– Pro-di-gieux !
– C’est exact, nue ou habillée je suis prodigieuse.

robe

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :