Le signe de Norro

le signe de norro

 » Tenez, dit le Rossignol turinois – que l’on connaissait sous le nom évocateur de Mille-et-dix ,  tenez, Ducon, voyez comment on a inventé un nouvelle décoration  pour la chanteuse, compositrice, écrivaine, talentueuse jeune fille pure que je demeure contre vents et marais.  Qu’en pensez vous? Que faîtes-vous face à cette lettre d’amour ? »
Mille-et-dix d’un geste rapide déchira sa petite robe rouge en pilou, arracha  le balconnet qui couvrait son sein palpitant, et, empourprée d’une concupiscence  purpurine, montra au jeune homme l’empreinte au marqueur magique rose fluo qui honorait cette gorge si tentante d’un N majuscule surmonté d’une couronne impériale.
 » Mais, s’écria le jeune Ducon, c’est le signe de Naboléon, le flingueur de la République, que je vois là!
– Point du tout s’exclama Athos, c’est la marque infamante de Nicolas le Hun, le triste valet du CAC40 !
– Le Barbare à talonnettes ? éructa Porthos.
– Billevesées, s’écria Aramis, qui contemplait le simple appareil de chrétienne. C’est le N de « Nec pluribus impar » la devise de Louis XIV, dont personne ne sait exactement ce qu’elle signifie…ou peut-être le « Ne sutor ultra crepidam » de je ne sais quel artisan latin : « que le cordonnier ne juge pas au delà de la chaussure. »Ou encore le N de…
C’en était trop pour d’Artagnan. Pâle, immobile, écrasé par cette nudité qui s’offrait à tous, il finit par tomber à genoux.
« N comme Nénette, Nénette, Nénette! s’écria-t-il, oh! Nénette ! »  Et Mille-et-dix  lut dans ses yeux:  « Viens Nénette, viens dans mes bras puissants que je te fasse visiter Montmartre !  »
« Nénette qui ? demanda la jeune femme en laissant tomber un de ces regards qui d’un chômeur à temps complet fait un demandeur d’emploi à durée indéterminée.
– Nénette Nénette, la serveuse du « Coq à cornes » de Concarneau! couina le soldat.
Mille-et-dix haussa les seins.  » Vous n’y êtes pas du tout mes amis! c’est le N de Norro, le défenseur des petits épargnants, des droits de l’homme, de l’Église apostolique romaine et de son pape,  et en plus de la paix dans le monde ! Et elle se mit à chanter :

 » Un cavaleur, qui surgit hors de la nuit
Court vers la venture au galop
Son nom, il le signe à la pointe de l ‘épée
D’un N qui veut dire Norro

Norro, Norro
Renard usé qui fait sale oua!
Norro, Norro
Vain coeur, tue les à chaque fois
Norro, Norro
Con bat sans peur les noeuds mis
Norro, Norro
Des faons  toujours son pays
Norro, Norro
Partout va porter les poires
Quand il paraît
Les bandits effrayés
Fuient tremblants le nom de Norro
Mais les zoos primés n’ont jamais redouté
Son signe, le signe de Norro

Tchic tchich tchic aïe aïe aïe !
Norro ! Norro ! Norro ! Norro ! … »

Athos se tourna vers Porthos:  » Je crois que cette femme est soule.
– Elle ne tient plus le Picon-bière, surtout depuis que Rachida a pondu, fit son ami.
– Ah Nénette, couina d’Artagnan.
Novissima verba, conclut religieusement Aramis. »

 

Alexandra Dubas : « Le Signe de Norro »

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :