Virelai anonyme

J’étais mannequin demoiselle,
Lâchant mes vents dedans la soie,
Point ne me mouchant  dans les doigts.
Que j’étais belle, belle, belle !

Je connus que le chant  est tel,
Qu’il nous  impose d’avoir voix,
Or ça, je ne le  pouvais pas.
Que j’étais frêle, frêle, frêle!

Puis je sus que l’amour est bel
Qu’il ne connait aucune loi :
Je convolais avec le roi.
Dieu que je bêle, bêle, bêle !

virelai

d’après Judith Leyster, Jeune fille au luth (1631)

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :