Interview imaginaire

– Le sociologue sportif : Ben alors ? Qu’est-ce qui c’est passé ? Vous étiez tout nerveux, fébriles, aventureux, déboussolés, crispés…

– L’entraîneur ministrable : Ch’ais pas, les autres étaient morts de faim… Alouette ! On s’est fait enfiler profond le cul dans la bassine et plus moyen de s’en sortir. On n’a pas su maîtriser notre destin. Le béchigue nous a filé entre les pattes. Pourtant ils sont comme nous, ils ont quinze bras quinze jambes !

– Le sociologue sportif : Vous aviez la tête dans le maillot jaune, avant de la mettre dans le sable, sur la pelouse… dans les choux… au bord du gouffre. Pourtant sur votre calendrier, les joueurs n’ont pas l’air d’avoir de pellicules dans les cheveux, alors qu’ils étaient très émotifs sur le terrain.

– L’entraîneur ministrable : Manquerait plus que ça ! Des pellicules ! Pourquoi pas de l’acné ! On est sous Head & Shoulders de Procter& Gamble qui depuis plus de 40 ans n’a qu’une idée en tête : éliminer les pellicules et qui a réussi ce challenge grâce à une formule Hydra-zinc, au brevet exclusif qui…

 – Le sociologue sportif :  Un manque de protéines, de vitamines ?

– L’entraîneur ministrable : Que dalle, on est nourri  au Madrange !

– Le sociologue sportif :  Mais peut-être que vous n’avez pas su allier les valeurs de bien être et de convivialité que votre équipe entretient avec ce jambon et la rage de gagner en bouffant les couilles des Pumas.

– L’entraîneur ministrable :  Peut-être… Mais je me demande, finalement, si pendant la phase de préparation de la coupe du monde, on n’a pas trop fait l’impasse sur le pruneau. C’est important le pruneau, fruit d’un savoir-faire ancré dans le patrimoine culinaire du Sud-Ouest depuis la plus haute antiquité et qui satisfait aux exigences actuelles d’une alimentation saine et équilibrée alliant diététique et gourmandise.

– Le sociologue sportif : De toute manière vous avez perdu.

– L’entraîneur ministrable : Si ça continue, il va falloir que ça cesse ! Mais en fait le résultat on s’en fout, ce qu’il faut c’est gagner ! Et ne pas oublier la règle des trois P : pousser, plaquer, courir.

Publicités