Publicités

Demandez le programme !

Comment ferions-nous pour voter si nous n’avions en mains les délicieux programmes de nous futurs gouvernants ?

images?q=tbn:ANd9GcQetsSuyNfs-4_XP4Pnh5PhlNgSby4dxsjxRkHJHyKhDSWoS1Mz&t=1

Lellecteur, il montre un prospectus.

O mais, c’est qué ? c’est quesse que cé qu’cé ?

Pépère Ubu

C’est un programme de gouvernementerie perpétuelle. Permettez que je vous chante le titre : « Pour la Gaule qui réunit tous ses Attraits ; il y fait chaud l’Été, l’Hiver il y fait frais ; un Suffrage éclairé nomme le Président qui pilote tout seul le beau Char de l’État et que l’on voit ici, portraicturé en pied, à l’instant où, très nu, il va prendre son bain. »

Mémère Ubu

Fiat volontas tua !

La Conscience

Pouah du tout ! Ce soi disant programme est une escargot bien caractérisé ! Et d’ailleurs il a, de la chaussette qui file ventre à terre, l’odeur du fromage.

Pépère Ubu,  flairant le programme.

Hon ! Alors c’est un vestiaire, car le vestiaire sent le fromage. Et ce vestiaire sent vraiment fort le fromage et les culs d’illustres sportifs.

Mémère Ubu

Jarnicotonbleu ! Allez les bleus !

La Conscience, elle roule en boule le prospectus .

Merdenpot ! Vous estes d’affreux bouffres ! Je vous dis que c’est un escargot ! Son lard tremble, c’est mou comme la foi, c’est gluant comme la charité, c’est rose gencive – couleur de l’espérance !

Mémère Ubu

Tous ensemble ! Tous ensemble ! Ouais ! Ouais !

Pépère Ubu

Pissemerdre ! Madame ma Conscience, nous l’avions déjà pensé bien avant que vous ne l’eûtes dit : c’est en effet un  luma ! Mais, vilaine et plate larronesse, tu nous l’a tout bousillé notre luma ! Un luma acheté à un bouquiniste qui prenait sa retraite ! Ceci demande réparation !

La Conscience

A l’instant même !

Ils se battent fortement à coups de parapluie blindé

Lellecteur

C’qu’y a d’sûr, voyez-vous bien, c’est que ça n’est point un polyèdre.

separation1

Les dessins de Pierre Bonnard pour l’ Alphabet du Père Ubu » sont tirés de l’Almanach illustré du Père Ubu — XXe siècle« , 1er janvier 1901, publié par Ambroise Vollard.

Publicités