Japoniaiserie

Elle se regarde dans le miroir.

Elle récite :

Visage fané

Sous le tas de bigoudis

Cortège des ans.

 

Elle enfile son peignoir

Elle se dirige vers la cuisine.

Elle jette un œil sur le cadran du coucou

 

Il est posé sur le réfrigérateur,

Arrêté,

Suisse.

 

Elle dit :

Pendule glacée

Le coucou a fui l’hiver

Ô heure ! Où es-tu?

 

Elle débarrasse la table.

Elle jette à la poubelle les restes de la veille.

Elle déclame :

Torojiru froid !

Les écorces de Kampyo !

Nouilles et tôfu !

Elle s’assoit sur un tabouret bancal.

Elle vide son verre de chuchenn.

Elle fume une cigarette.

Elle fredonne:

Chante, ô allumette !

au pied du blanc Fuji-San

Feu de paille, cendres.

 

Il lui reste six mois –à peine- pour envoyer à l’éditeur son haibun gastronomique les 53 routiers du Finistère. Elle l’a composé en s’inspirant de l’An gwenodenn strizh deuz Pen-ar-Bed du maître Bashô qu’elle a traduit en breton. A peine six mois pour exprimer en un dernier haïku, la fragile survivance de la restauration ouvrière. Le tout avec légèreté, sabi et kokkai. Le kokkai, elle ne le sent pas du tout.

Publicités

Le têteau de majoriasa

Il n’y a pas un cent septantième de bulbes de majoriasa qui héberge un animalcule.  Ceux qui parlent d’un pour quatre-vingt sont des marchands de filipules.

Si vous laissiez faire, ils vous vendraient votre pentule un nonce la livre! Les éviter comme le cendiou; c’est un conseil que je donne.
Je possède un têteau découvert dans un bulbe de préciose sauvage.  C’est un Héréné de prime race, la peau de gueule à fasce rétrécie de sable et le touffu bouchon; la poitrine ample et le corps à proportion de la taille d’un ciron. Cependant, malgré ses qualités et son aimable caractère, il m’a beaucoup déçu. Encore heureux qu’il ne m’ait rien coûté… Le rubis ne fait pas la macédoine est un proverbe que j’ai, depuis, longuement médité.
 Ce que ne sait pas toujours l’amateur de magie, et qui fut cause de ma déconvenue, c’est que le têteau est cinq fois moins précis qu’un paysan de vignoble dans le jet de sort et trois fois moins rapide qu’une vulgaire bergère de Marmarie. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.  C’est un cas de réputation surfaite.

Voyage en Bas-Pays
1945
Henri Mifraix 1899-1946