En bonne compagnie….

Au  mois d’avril 2010, pour cause de nuage cendreux et de grèves, je pris la diligence de P*pour revenir à B*, ville portuaire. Nous étions dix dans la voiture, tous voyageant incognito : un Serviteur d’État, un Sarkoberlusconien de la télévision, un Comédien comique,  deux Mannequins des deux sexes, un Avocat, une Patronne, un Je-ne-sais-quoi, Lui et Moi ; sans compter un Singe, six Chiens, un Afghan,trois Perroquets, deux Perruches, un Angolais…

 BEEH René, La diligence
BEEH René, La Diligence

Le Serviteur d’État était le plus grand consommateur de tabac d’Espagne et d’anisette qu’il y ait en Europe & le plus fin connaisseur en bons morceaux; la femme Mannequin,  était aussi libertine & aussi méchante que la C**, à qui elle ressemblait pour la figure, au point que je l’avais d’abord prise pour elle;  le Comédien comique qui voulant gagner la Corse s’était trompé de destination était un petit-homme, jouant  mal le Tragédien, d’une fatuité & d’une insolence de parvenu; l’Avocat, que je reconnus, malgré son travestissement, était un Homme célèbre à la Cour,   que je n’estime guère, haï, persécuteur, calomniateur même. La Patronne était une femme aux cheveux orange, fort-riche, très-grossière, mangeant bien, buvant comme dix, dormant encore mieux,  ronflant comme quatre, se prenant presqu’autant de tabac que le Serviteur d’État, avec lequel elle s’entretenait des choses d’ici-bas, de commerce & de profits. Le Je-ne-sais-quoi était un Homme ni vieux ni jeune, ni beau ni laid, ni gras ni maigre, ni grand ni petit, qui ne paraissait ni riche ni pauvre, ni spirituel ni sot, qui ne parlait ni trop, ni trop-peu, qui mangeait de tout, était de tout accord, & dont toutes les actions annonçaient qu’il n’aimait ni ne haïssait rien au monde & ne faisait pas de politique pour mieux voter à droite.
Reste Lui. Ce Lui est un Original trop singulier pour n’en pas dire un mot. Qu’on se représente un petit-Homme, qui se tient si gauchement, qu’il paraît contrefait ; dont l’air triste & colérique, la tête pourvue d’oreilles pointues est enfoncée entre deux  épaules,  la démarche sautillante & mécanique représentent assez au naturel un Acéphale de Truandery (*); qui seul, comme en société, s’entretient avec ses pensées , au point d’éclater de rire, de crier , de pleurer, sans que la Compagnie puisse se douter du sujet ; vulgaire & brutal à l’excès ; aimant le plaisir, & dédaignant par orgueil les Objets qui peuvent le procurer ; prêchant la tolérance & ne pouvant souffrir la plus légère contradiction, &c. &c. &c.  Voilà  le  portrait non-flatté, au-bas duquel quelqu’un pourrait mettre N-S, mais je déclare que Lui n’est pas lui…
En vue du château de V*, comme le temps se maintenait au beau, je décidai de fausser compagnie à ce beau monde et de continuer ma route à pieds en direction de la Basse Bretagne.
Au prochain virage, je sautai en marche.

( * ) Hommes  dont parle Cortal,  et qui ont la tête dans la poitrine.

Rétif de la Bretagne.
La Découverte Gauloise par un Homme-Volant, ou le Merdier français.

Publicités

La chômeuse

Le voyage en Sarkoland

« Voilà, dit-elle, si tu travailles bien, ma chômeuse, si tu es méritante,si tu es une bonne fille dure à la tâche, le monsieur t’embauchera peut-être à quart-temps pour une durée de 3 mois.
— Oh ! madame de l’Ahainepéheu ! m’écriai-je, n’allez pas si vite en besogne…Quelle idée vous avez là !

Je n’avais pas songé à cette solution…Oui, sans doute il est difficile de se débarrasser au bout de 8 heures d’une employée, surtout pour quelqu’un qui comme moi fonctionne à l’affectif, mais l’embaucher pour 3 mois et à quart- temps, ce serait beaucoup trop social, trop démocrate.

« Madame de l’Ahainepéheu , vous n’y songez pas ! cette femme à vingt ans passés, ce qui dans le domaine du secrétariat appliqué aux entreprises de design et de packaging est un âge fort avancé ; elle n’a plus que quelques semaines avant d’être atteinte d’obsolescence ; après quoi j’aurais une incompétente sur les bras, certainement aigrie. Me voyez-vous à la prochaine foire internationale de Pékin avec une secrétaire périmée et obèse ? Cela serait fort ridicule et pour elle et pour moi et pour la France. Parle-t-elle seulement le mandarin ?

Madame de l’Ahainepéheu me prit à part :

« Non, elle ne parle pas le mandarin , mais pourquoi ne pas l’épouser ? Vous auriez à domicile une secrétaire, une chargée en gastronomie familiale, une technicienne de surface…
— Oh ! madame de l’Ahainepéheu ! couinai-je à voix basse, n’allez pas si vite en besogne …Quelle idée vous avez là ! Prendre une épouse, pour des mois et des mois, peut-être des années, lui faire des enfants ce serait trop chrétien. Madame de l’Ahainepéheu , vous n’y songez pas ! cette femme à des charmes certains, mais elle est je crois native du Neuf-Trois, ce ne sont pas les DOM, mais enfin…l’accent est là etla culture n’est pas la même ; je m’ennuierai vite en sa compagnie. De plus, le dirais-je ? j’ai peur que le fruit des copulations entre deux races si différentes ne soient stériles comme l’est le bébé de l’ânesse et du pur-sang.

Madame de l’Ahainepéheu hochait la tête. Elle me dit en secret : « Je ne sais pas quoi faire de mes chômeuses, voilà l’ennui. Je ne vois plus pour la vôtre, après son contrat, que du bénévolat dans une association caritative. »
— Ça l’occupera et elle se fera des amis, ce qui est le plus important dans la vie, avec une bonne santé bien sûr.
— Je tentais de vous forcer un peu la main, mais je vous comprends, allez  ! nous ne sommes pas des socialistes de gauche.

Je quittai l’agence au logo en forme de sandouiche dégarni ou de presse noix. Ma chômeuse me suivait tête basse ; rendez service !

Ah ! si je n’avais pas si peur de prendre l’avion, il y a beau temps que j’aurais délocalisé ma petite entreprise dans l’Empire du milieu : on y trouve des perles polyvalentes qui  parlent français sur le bout des ongles.

 Le voyage en Sarkoland
Nerval